Édito : Tout change, ou comment prospecter en 2017.

Tout change, ou comment prospecter en 2017

Tout un chacun ne peut que constater que notre monde change. Nous sommes tous confrontés à un contexte économique, politique, sociétal, technologique en fortes mutations. Des menaces, bien sûr, mais aussi, et surtout, de vraies opportunités.

S’agissant d’opportunités, ce terme, vous le savez, est également employé en marketing, comme l’étape supérieure au « lead ». Le prospect ainsi qualifié d’ « opportunité » se rapproche alors un peu plus du statut de client. Un pas de plus vers le Graal…

… Mais une victoire, une victoire seulement, puisqu’il est aussitôt vital pour toute entreprise de transformer le suivant. Vous avez dit Sisyphe ?

Pour vendre, il faut en effet prospecter

A l’offensive comme en défensif, toute entreprise a besoin de disposer en permanence d’un vivier de prospects. Depuis 20 ans, Commsoft a assuré plusieurs centaines de campagnes de télémarketing. Nous étions en effet, à la création en 1997, un des tout premiers centre d’appels externalisés exclusivement btob. La prise de rendez-vous est notre quotidien. Un métier complexe, et exigeant endurance, humanité, pugnacité, engagement, entre autres…

Ces campagnes de télémarketing, que l’on qualifie d’ « à froid » aujourd’hui ont généré des résultats plus que probants. Et continuent de prouver leur efficacité, particulièrement quand il s’agit d’alimenter rapidement et en grand volume les forces commerciales en leads, ou rendez-vous commerciaux.

Mais tout change… L’irruption du digital, que l’on parle d’outils ou d’usages est une belle opportunité, pour Commsoft, d’offrir encore plus, et mieux, à nos clients. La prospection 4.0, alliance du digital et du phoning, leur permettra :

  • Sur un plan stratégique d’initier mais surtout développer leur présence digitale, aussi indispensable que la création des sites web il y a quinze ans.
  • Sur un plan opérationnel : d’accroitre leur chiffre d’affaires avec des RDV hyper-qualifiés.

Tout change donc. Mais il y a un mot évoqué plus haut sur lequel je veux revenir un instant. J’ai parlé d’humanité. J’ai toujours placé l’humain au cœur de mon action. Humain en terme de management, humain dans mes relations avec mes clients, et surtout humain s’agissant des fondamentaux de nos missions. La relation entreprise / prospects ne se résume pas à un fichier, mais de la création immatérielle de liens, au téléphone, aussi chaleureux que possible !

Il n’y a pas de méthode unique, et nous nous devons de proposer à nos clients la meilleure stratégie, adaptée à leur propre contexte, pour les meilleurs résultats. Je publierai régulièrement, sur ce blog, des informations plus détaillées sur toutes ces questions qui sont au cœur, je pense, de vos propres réflexions.

Vos avis, commentaires et suggestions seront toujours les bienvenus ici.

A bientôt !

 

Les clés d’une prospection réussie (sélection pour une révision express)

La prospection reste un passage obligé pour tout business. Qu’elle soit pratiquée en interne ou externalisée, par une force de vente structurée ou l’entrepreneur solitaire, elle est souvent plus ou moins réussie.

 

Ah les vacances…! Plage et farniente… Comme moi vous les attendiez avec impatience, comme moi vous étiez pétris de bonnes intentions : réviser, ordonner, progresser. Pourquoi pas ? La performance commerciale peut toujours s’améliorer, seul ou en équipe. J’ai d’ailleurs à cet effet téléchargé une application mobile pour travailler mon anglais les pieds dans le sable… si si. Vous-même avez peut-être téléchargé notre cahier de vacances marketing & sales, passeport idéal pour prendre un peu d’avance sur vos collègues ou concurrents…

Mais, c’est bientôt la rentrée… dernière ligne droite avant la reprise complète de Septembre et son lot de réunions mettant en exergue pour certains que les objectifs ne sont (toujours) pas atteints.

Car d’après notre étude (toujours en ligne) sur la performance de prospection des PME, 63% n’ont pas atteint leurs objectifs ces 12 derniers mois…

 

Elément rassurant : 66% sont équipé d’un CRM

Élément inquiétant : seulement 31% pratiquent l’inbound

 

Réussir sa prospection commerciale tient autant aux outils utilisés qu’aux pratiques appliquées lors du processus commercial.

 

Vous avez préféré « buller » pendant vos vacances ? Vous avez repris en août et c’est encore calme… Voici une petite révision expresse en 9 articles pour vous remettre « dans le bain » !

 

Près de 18 années d’accompagnement au développement commercial nous ont permis d’identifier les leviers les plus efficaces pour améliorer la performance.

Les voici, du plus simple au plus complexe, chacun étant relié à un article complet sur le sujet :

Retrouvez tous les résultats complets de cette étude ici http://snip.ly/3luee

[Cahier de vacances] La prospection pour les nuls !

Vous en rêviez ?! Nous l’avons fait ! Voici le premier cahier de vacances pour les fonctions marketing & sales !

 

perf objectif ventes

 

Passionnés par notre métier et soucieux d’inscrire nos clients dans une démarche commerciale efficace, durable et rentable, ce cahier s’inspire de situations réelles et de cas concrets. Nous sommes convaincus que la performance passe par une efficacité sur toute la chaîne du processus commercial. Tous ces exercices pratiques vous aideront aussi bien à rendre votre discours captif qu’à performer dans vos actions. En vente, les outils aident indéniablement à industrialiser votre processus mais rien ne sert de courir, il faut partir à point : revenez aux fondamentaux, structurez votre démarche et surtout, faites vous plaisir. Seul ou en challengeant votre équipe.

Un cahier complet de 25 pages qui aborde en une quinzaine d’exercices l’ensemble des bonnes pratiques pour améliorer ses résultats commerciaux. Mettez vous dans votre transat au bord de la piscine avec votre tablette et prenez une longueur d’avance pour la rentrée !

Malgré son nom, ce cahier n’a pas pour objectif de vous infantiliser mais de vous faire revenir aux fondamentaux de la vente et de la prospection.

 

Public concerné

Fonction commerciale, fonction marketing

 

Les experts – rédacteurs

Fabien Vignon, Koban CRM et Automation

Vincent Faouet, freelance content marketing

Clothilde Cambournac, Chef de projet webmarketing Commsoft

 

Le sommaire

 

cahier de vacances marketing sales v2

Prêts ? A vous de jouer !

 

 

Etes-vous prêt à disrupter le marketing ?

« 69 % des responsables marketing qui élaborent une stratégie de Modern Marketing ont enregistré une augmentation significative du chiffre d’affaires. » (Forrester)

Il vous suffit de naviguer quelques minutes sur internet ou passer une soirée avec la génération Y pour comprendre l’enjeu. Pratiquer un marketing moderne parait simple mais il s’agit avant tout d’en accepter les fondements. À l’heure où le discours ne laisse plus place au doute, beaucoup de dirigeants se cachent encore derrières de nombreuses fausses objections.

Et pourtant, cela nous rappelle l’époque, pas si lointaine, des débuts d’internet. Aujourd’hui, avoir un site web, une vitrine H24 de son entreprise est incontournable et admis comme « support » essentiel de la communication d’entreprise.

Alors qu’entend-t-on par « modern marketing » ? Quels en sont les piliers et êtes vous enfin prêt à accepter le changement ?

Les piliers du marketing moderne :

  1. Le contenu (content marketing) et l’inbound
  2. Le marketing automation
  3. L’alignement du commercial et du marketing (la fin du cold calling)
  4. L’industrialisation du process commercial

     

    1. Le contenu et l’inbound

 

Pourquoi ? Pour ATTIRER. Le marketing de contenu est essentiel à toute stratégie digitale. Le contenu est roi. Avoir un site internet statique n’est plus suffisant. Il s’agit d’attirer à vous les prospects par la publication régulière d’informations pertinentes pour votre cible, en mode « multicanal« , voire « ominicanal ». Votre futur client sait ce qu’il veut, il achète seul.

Les objections courantes :

Top 1 : « Je n’ai pas le temps, ni les moyens. »

Passez en revue l’ensemble de l’existant, avant de vous lancer dans la création, coûteuse et longue, ou l’externalisation, si vous ne disposez pas des ressources (humaines, techniques et financières) en interne, commencez par rassembler tous les supports d’aide à la vente. Car tout est prétexte à contenu : une fiche produit, un argumentaire, une vidéo-démo, un salon professionnel… Vous seriez surpris de constater tout le contenu dont vous disposez déjà et qu’il vous suffit de « recycler ».

Top 2 : « Je ne veux pas mettre la moindre information à la disposition de mes concurrents. »

Si vos concurrents ne vous voient pas, vos prospects non plus. Le principe de l’inbound est d’utiliser des leviers comme les réseaux sociaux ou un blog pour faire venir à soi et générer du contact entrant. On ne vend plus, on se « fait acheter ». Il ne s’agit pas de révéler au monde entier des secrets industriels mais de parler de soi dans une approche moins « commerciale ». Établir une empreinte, positionner son expertise et rassurer. On n’attire pas des mouches avec du vinaigre… CQFD.

Lire notre article « Quel contenu pour quel buying stage ?« 

 

2. Le marketing automation

 

Pourquoi ? Pour INDUSTRIALISER le marketing et OPTIMISEZ le lead nurturing. Si le lead nurturing ne vous parle pas… vous pouvez opérer un rapide rattrapage en lisant notre article L, comme Lead management. Pour résumer : générer des leads de qualité et élever les contacts commerciaux à maturité, jusqu’à l’acte d’achat. L’enjeu est d’identifier chaque contact et de lui adresser le bon message, au bon moment, via le bon canal. Pas d’industrialisation du marketing sans un outil de marketing automation. L’outil gère automatiquement la relation avec chaque contact.

Les objections courantes :

Top 1 : « C’est compliqué, je n’y comprends rien. »

Vous faites appel à un expert comptable pour la comptabilité ? Vous appelez un juriste pour le droit commercial ? Si vous n’y comprenez rien, vous savez que de nombreux experts existent pour vous accompagner dans le choix du bon outil, la conception de la stratégie et la création des scénarii automation. Cette communication active et personnalisée avec vos contacts commerciaux permet de mieux comprendre le parcours et les attentes de vos futurs clients. Comme toute industrialisation, le gain premier est le TEMPS.

Top 2 : « Je n’ai rien à dire, je n’ai pas de contenu. »

Ok… Remontez plus haut 😉 Il est vrai aussi qu’il n’y pas de marketing automation sans contenu. Pour mettre en place un scénario, il faut disposer de contenus suffisants pour chaque étape du cycle d’achat. Mais rien ne sert de courir… prenez le temps de créer les contenus « prémium » avec une agence spécialisée, ce sera la garantie d’attirer des prospects de qualités.

 

3. L’alignement du commercial et du marketing (la fin du cold calling)

 

Pourquoi ? Pour AMÉLIORER le R.O.I. Coordonner les actions et créer du lien entre ces deux univers permet une expertise plus fine et une réelle amélioration de la conversion des prospects en clients. Une connaissance unifiée et commune du portefeuille d’affaires rationalise les coûts et les actions. Aligner les KPIs entre commercial et marketing permet de booster significativement la performance commerciale.

Lire notre article K, comme KPIs.

Les objections courantes :

Top 1 : « Un commercial, c’est là pour vendre. Son boulot, c’est d’être en RDV. »

Mais qui prend les RDV ? Demandez à votre force de vente de faire la prospection téléphonique… L’appel à froid ou « cold calling » est (presque) révolu. Entre perte de motivation et perte de temps, l’externalisation laisse vos commerciaux se concentrer sur les prospects chauds, la vente. Mener en interne des actions communes entre commercial et marketing permet de concentrer ses efforts sur les actions rentables et efficaces. Faites les calculs ! Quel est votre coût d’acquisition d’un nouveau lead ? D’un nouveau client ? L’Inbound Marketing génère 3 fois plus de prospects et coûte 65 % moins cher que l’Outbound Marketing. Le contenu est plus que jamais un facteur clé de succès pour convertir plus et mieux.

Top 2 : « Je suis présent sur les réseaux sociaux, j’ai un profil Linkedin. »

Votre prospect se renseigne sur vous indéniablement avant de vous demander un devis. Vos commerciaux « googlise » également vos prospects avant des les appeler. Et il ne suffit pas d’être présent sur un réseau social, il faut être actif, être vu, reconnu. Entre social selling et e-reputation, c’est d’abord l’action combinée de plusieurs canaux qui fera le résultat. Il existe aujourd’hui des outils pour gérer votre veille et vos réseaux sociaux.

Lire notre article : Le commercial 2.0

 

4. L’industrialisation du process commercial

 

Pourquoi ? GAGNER DU TEMPS et une meilleur CONVERSION.

Démonstration :

Le marketing inbound et vos contenus améliorent votre référencement et visibilité sur google et les réseaux sociaux. Vous attirez les prospects potentiels sur votre site web en publiant régulièrement.

Arrows-Up-icon

Un visiteur de votre site s’est inscrit pour recevoir votre newsletter ou vos « best practices », il a téléchargé une infographie.

Arrows-Up-icon

L’outil de marketing automation identifie le contact, l’élève à maturité en lui adressant automatiquement les contenus qui correspondent à ses attentes, ses recherches, ses besoins, son secteur d’activité, sa problématique…

Arrows-Up-icon

Le contact est rassuré sur votre expertise, il est « mur », il demande un devis (ou une démo…) via votre site internet.

Arrows-Up-icon

La demande de devis est envoyée directement à votre CRM, le contact change de statut automatiquement, il devient un prospect. Il reçoit un email automatique pour positionner un RDV téléphonique de qualification, pour bien cerner son besoin.

Arrows-Up-icon

Le RDV est positionné automatiquement dans l’agenda du commercial avec son historique d’activité web. Qu’a-t-il lu, téléchargé ? Combien de temps a-t-il passé sur quel article ? A-t-il un profil Linkedin ? Quels emails a-t-il reçu ? Ouverts ? Cliqués ?

Arrows-Up-icon

Ce contact, devient un prospect qu’il faut élever jusqu’à signature du devis. L’outil de marketing automation continue de lui adresser automatiquement des contenus qui correspondent à son statut et le rassure sur le choix de son fournisseur.

Arrows-Up-icon

Le prospect a signé. Son statut change dans votre CRM, il devient client. L’information est envoyée à l’outil marketing automation, son statut change et il intègre automatiquement un programme de « fidélisation ».

Arrows-Up-icon

Le programme de fidélisation va faciliter et automatiser le cross-selling ou up-selling.

 

L’industrialisation du marketing, c’est comme l’industrialisation du commercial. Industrialiser les 2, signifie interconnecter deux plateformes pour être réactif et avoir une connaissance 360° de votre portefeuille.

L’objection la plus courante :

« Ça c’est dans un monde idéal… »

Non. C’est d’ailleurs comme ça chez Commsoft. La réactivité est un critère essentiel dans la conversion d’un prospect en client. Et nous sommes une « petite » PME…

Alors, pratiquez-vous le « modern marketing » ou vous cachez vous encore derrière de fausses objections ? Faites le test !

 

Abécédaire de la prospection J, comme Jeu sérieux (Serious game)

Le jeu sérieux ou serious game est un jeu utilisé à des fins de communication externe (promotion sur les réseaux sociaux par exemple), de communication interne, recrutement, ou de formation.

Il s’agit donc de promouvoir, former ou impliquer par le biais de jeux digitaux sérieux (à l’instar d’un « advergame » communément ludique). La digitalisation croissante à tous les niveaux de l’entreprise a permis la démocratisation de son usage. Entre la multiplicité des supports et l’attractivité du format, cette pratique qui était en premier lieu un outil de formation s’est étendue au marketing. Son côté ludique suscite une grande adhésion et implication des utilisateurs, ce qui en fait un outil très efficace aussi bien en terme d’incentive de la force de vente que de communication commerciale.

Comment, la « gamification » peut-elle être un levier intéressant pour l’atteinte des objectifs de la direction marketing ?… Lire l’article.

Avant de vous lancer dans la création de votre « serious game », assurez-vous que contenu et structure de votre jeu réunissent les critères suivants :

  • Créativité
  • Ergonomie
  • Pédagogie
  • Crédibilité

Le jeu sera d’autant plus efficace qu’il proposera un équilibre entre la pratique et la contrainte d’apprentissage (l’objectif) et sera adapté au contexte de votre cible. Le message pédagogique et l’expérience utilisateur sont les clés d’un serious game réussi.

Voici 2 outils pour booster votre efficacité commerciale :

1. TYPEFORM

capture typeform

On vous l’accorde, c’est un outil de création de formulaire. Mais pas que… car si on y regarde de plus près, vous pouvez créer une expérience de jeu de simulation ludique et simple, pour vos clients (fidélisation), prospects (acquisition de leads) en positionnant votre expertise métier par le contenu!

Un exemple ?


2. INCENTEEV

capture incenteev

Motivez vos forces de vente avec un outil moderne, social et innovant. Donnez-leur la parole sur la plateforme, faites-les participer activement à la réussite de l’entreprise et stimulez les quotidiennement. Gagnez du temps en créant vos challenges commerciaux simplement et en quelques clics.

À lire !

Le serious game d’Uber pour recruter et former de nouveaux conducteurs

10 serious games marketing originaux

Infographie : les français, fans de jeux marketing

4 outils pour gamifier son contenu !

Top 5 des idées reçues sur la prospection commerciale BtoB

Parce que nous sommes nous-mêmes confrontés à nos propres prospects, entre objections et fausses idées sur la prospection, voici le TOP 5 des idées reçues (et entendues) sur la prospection commerciale et que l’on défend au quotidien.

1 . La prospection téléphonique ça ne marche plus.

Faux

Nous existons depuis 17 ans et avons actuellement 2 demandes entrantes par semaine pour lancer des campagnes d’appels sortants. Notre plus ancien client fait appel à nos services régulièrement depuis 10 ans, avec succès. Ce qui ne « marche presque plus », c’est l’appel 100% à froid. Le taux qualifiable d’un fichier, particulièrement sur les fonctions cadres et dirigeants, s’amenuise d’années en années. La prospection commerciale aujourd’hui se pense « multicanale », en combinant les divers canaux (voix et digital) de manière efficace pour appeler « à chaud ». Ce qui ne « marche plus » non plus, c’est l’appel en masse, « robotisé » et « déshumanisé ». L’interlocuteur aime qu’on s’adresse à lui d’une manière personnelle en l’écoutant, en échangeant. La voix reste un média prémium pour l’engagement et la conversion en RDV et / ou ventes.

2. C’est mathématique : plus on appelle, plus on prend de RDV.

Vrai

Sauf qu’on ne parle pas de la qualité du RDV… La notion de volume a son importance en prospection téléphonique. C’est ce qui fera toujours mécaniquement la différence entre les ratios d’un centre d’appels et une prospection téléphonique en interne. Car cela demande du temps et de la rigueur. Plus d’infos ?

3. Un centre d’appels ne prend que des RDV « forcés » ou de piètre qualité.

Faux

En tous cas, il existe un indicateur qui ne ment pas sur la qualité d’un RDV : son prix. Certes, il s’agit avant tout de raisonner en retour sur investissement et coût d’acquisition. Le prix d’un RDV ou d’un lead n’est que la face émergée de l’iceberg. Le potentiel de chiffre d’affaires généré par la vente sur ce RDV est plus représentatif et dépend aussi de la qualité du dit RDV. Chez Commsoft, un objectif de RDV raisonnable, une bonne formation des téléopérateurs et un engagement sur les résultats sont nos 3 facteurs clés de succès et la garantie de la qualité. Un autre bon indicateur que nous demandons à nos clients est le nombre de devis réalisés sur 10 RDV. Il est de l’ordre de 9 en moyenne.

4. La prospection commerciale, c’est le boulot des commerciaux.

Vrai… et faux

Tout est une question d’efficacité et donc de rentabilité… Combien de temps consacrent-ils à la prospection active (terrain, téléphone…) ET passive (réseaux sociaux, CRM…) ? Pour quels résultats ? Il s’agit de répondre à l’éternel dilemme : quand les commerciaux prospectent, ils ne sont pas en train de vendre. Quand bien même un directeur commercial et un dirigeant considèrent que les commerciaux sont payés aussi pour prospecter, ils rencontrent d’énormes difficultés à leur faire décrocher leur téléphone… sans parler de l’écart entre les moyens (CRM, fichiers…) et les objectifs, de la diversité des canaux de prospection possibles. Un simple calcul de rentabilité peut aider à faire le choix d’externaliser la prospection commerciale, ou par exemple former en interne à plus d’efficacité. Plus d’infos ?

5. Le marketing digital ou « faire » de la prospection digitale, c’est avoir un compte Facebook (ou Linkedin ou Twitter…)

Hum…

C’est un bon début ! Mais si le marketing digital se contentait d’un profil sur un réseau social, il n’y aurait pas de directeur marketing digital et autres community managers. Un réseau social s’intègre dans un écosystème conçu selon une stratégie globale. L’écosystème regroupe l’ensemble des canaux où l’entreprise sera représentée et qui correspond aux habitudes de ses clients potentiels. Le marketing digital aborde le SEO (référencement naturel), le SEA (référencement payant), le SMO (gestion des réseaux sociaux), l’email, un blog… bref, autant de canaux à gérer efficacement qui vont attirer plus naturellement les prospects à vous. Je vous recommande d’approfondir le sujet en lisant notre article sur la e-reputation.

Infographie : la performance de prospection btob.

Nous avons lancé une enquête auprès d’un panel de 1300 entreprises sur leurs habitudes et performance de prospection btob, en voici les résultats en infographie.

 

Pour télécharger l’infographie :

 

Et vous ? Quel est votre score ?

Vous pouvez répondre à cette enquête, obtenir votre score ainsi que nos recommandations en suivant ce lien.